Cette situation vous est déjà arrivé. Vous aussi, vous avez cherché les mots pour le dire. Vous avez eu peur de heurter la personne concernée. Et puis finalement, vous l’avez dit… ou pas.

 

 

Qu’il s’agisse d’un collègue, d’un manager, d’un client ou d’un prestataire, il n’est pas toujours facile de dire à une personne qu’on a en face de soi à quel point sa prise de parole en public était… lamentable. Et pourtant, bien des fois, on brûle d’envie d’encourager la dite personne à faire quelque chose. On se dit que c’est dans son intérêt et dans l’intérêt de son auditoire !

 

Parfois, pour cette personne, c’est la forme qui pose problème : elle n’articule pas assez, elle parle trop vite, elle ne parle pas assez fort (ou le contraire !), sa voix est monotone, elle a des tics de langage, elle semble stressée et du coup au lieu de l’écouter, on se prend à avoir de la compassion pour elle…

Parfois, c’est le fond qui nous interpelle : la structuration de son discours laisse à désirer, elle part dans tous les sens, ses messages sont confus, son texte ne semble pas adapté à son auditoire (trop de jargons, trop de termes techniques), elle noie son public de détails et l’on ne sait plus ce qu’il faut retenir…

 

Franchement, dites-le, que certaines présentations vous assomment ! Avouez que parfois les slides sont tellement denses et tellement nombreuses que vous n’avez qu’une seule envie : que ça s’arrête !

Et pourtant, vous ne dites rien ! Vous laissez faire. Vous subissez et acceptez ces prestations soporifiques qui vous font appréhender la prochaine prise de parole de cette même personne.

Certes, il n’est pas toujours facile de faire une critique. On a peur que ce soit mal pris. On craint de blesser, de mettre l’autre dans une situation délicate et de se retrouver soi-même dans la même situation.

Et pourtant, ce serait sans doute lui rendre service. Si vous vous êtes endormi, tout laisse à penser que d’autres ont succombé avant vous et que de futures victimes vous succèderont…

Mais voilà…

Comment lui dire ?

 

5 méthodes infaillibles… ou presque !

 

1) LA FRANCHISE

Et si on disait les choses telles qu’elles sont, sans masque, sans fioritures, sans faux-semblant ?

« Franchement, j’ai rien compris à ton intervention ! », « On t’a jamais dit que tu parlais super vite ? », « la prochaine fois enlève ton chewing-gum quand tu parles ! Ah t’avais pas de chewing-gum, alors faut vraiment que t’articules ! », « ça avait l’air très intéressant ce que tu as dit… Le problème c’est qu’on t’entendait pas… Faut dire que tu parles pas fort. Et avec ça j’étais au deuxième rang… J’ose pas imaginer ceux qui étaient au dixième… »

Honnêtement, vous arriveriez à dire les choses de façon aussi frontale ? Pas évident, n’est-ce pas ?

Essayons autrement…

 

2) PARLER DE QUELQU’UN D’AUTRE…

Et si on faisait mine de parler de quelqu’un d’autre ? 

Au lieu d’aborder directement les difficultés oratoires de l’intéressé(e), on transpose. « J’ai assisté à l’intervention de X, franchement, c’était pas terrible… », « Il s’écoute parler… », « Personne ne comprend rien quand il parle… », ou encore « je sors d’une réunion chez un client… Franchement, y en a qui ne sont pas doués pour la prise de parole… »

Après une présentation fastidieuse avec un trop plein de slides… « Trop de slides tuent les slides… Ah non, je parle pas de toi… Je parle d’une présentation à laquelle j’ai assisté hier, c’était d’un ennui… ».

Et si la personne ne comprend pas ? Et si elle ne veut ni voir ni entendre que vous êtes en train de parler d’elle, de façon détournée ?

Peut-être, y a-t-il mieux à faire…

 

3) C’ÉTAIT BIEN… MAIS

Parfois, la personne concernée vous sollicitera attendant de vous un feed-back. « Ça va ? Comment tu l’as trouvée, ma présentation ? »

Pas sûr que cela facilite votre tâche pour autant.

Mais vous pourriez en profiter pour dire un peu de positif, tout en faisant passer votre message.

« C’était super intéressant, mais… C’était un peu long. 20 minutes au lieu de 2 heures, ça aurait été parfait. »

« C’était bien. Très très bien même… Mais… on t’entendait pas toujours. Mais quand on t’entendait, franchement, c’était bien.

« Honnêtement, t’avais pas l’air stressé(e) Mais… Si t’avais pas eu ces plaques rouges dans le cou et ces auréoles monstrueuses sous les bras, ça aurait été un peu mieux… ».

 

4) DIRE QUE DU POSITIF

Et si on partait du principe du renforcement positif ? On ne dit que du bien, pour encourager l’autre, on s’appuie sur ses qualités.

« C’était vraiment bien ! J’ai adoré ta conclusion ! »

« C’est toi qui les as conçues les slides ? Franchement, chapeau ! »

« Je ne sais pas comment tu fais pour être aussi à l’aise en public, c’est remarquable ! »

« J’imagine que tu avais archi-préparé ta présentation ? C’était réglé comme du papier à musique » « Quel talent ! ».

 

Le souci, c’est que dans un certain nombre de cas, l’intéressé se rend bien compte que sa prestation n’était pas aussi parfaite qu’on veut bien le lui faire entendre et finira par douter de vos propos et de vos éloges…

Pire. S’il (elle) vous croit, il (elle) risque de continuer à agir de la sorte et à s’enliser éternellement dans ces présentations désastreuses…

 

5) VIVRE UNE EXPÉRIENCE !

Et si vous essayiez la subtilité ?

Proposez-lui de vivre une expérience ! 

Vous pouvez d’ailleurs commencer par la vivre vous-même !

Testez votre façon de communiquer !

Je vous offre un diagnostic gratuit de votre communication. En quoi cela consiste-t-il ?

Durant environ une heure trente, je vous livre un feed-back sur votre façon de communiquer. À partir d’exercices simples, je mets à plat vos atouts et vos axes d’amélioration. Je vous dis tout ce qui émane de votre personne lorsque vous êtes en situation d’expression. Je vous révèle ce qui se dégage de vous, en toute transparence. Vous ressortez de cette entrevue avec un certain nombre de révélations sur des choses que vous soupçonniez mais qui désormais prennent corps, mais aussi avec des choses qu’on ne vous avait peut-être jamais dites. Vous repartez également avec des conseils.

Rien d’engageant dans la démarche. Même pas un euro à débourser. Vous pouvez en rester là ou décider d’aller plus loin si vous estimez qu’un travail vous serez profitable (un coaching individuel personnalisé).

Et il ne vous reste plus qu’à en faire autant avec la personne que vous avez identifiée !

Rien de plus simple alors que de lui faire part de cette expérience que vous avez vécue et qui vous a enrichi et de lui proposer d’en faire autant ! Ou de lui dire que vous avez entendu parlé d’un coach qui offre gratuitement…

Et le tour est joué !

 

Et si la personne concernée à qui on n’ose pas dire que ses prises de parole sont perfectibles… c’était vous ?

 

Vous souhaitez me contacter pour profiter gratuitement de ce

"diagnostic communication"? 

Cliquez ici! 

 

Je me déplace gratuitement sur Paris et dans le reste de l'Ile de France. 

(Pour la Province et l'étranger, je vous demanderai juste de prendre en charge le déplacement).

 

Ne partez pas déjà!

 

D'autres articles de ce blog pourraient vous intéresser... 

Cliquez ci-après sur un thème!

 

Dire la vérité?

Pourquoi prendre la parole en public fait si peur?

L'art est difficile, et la critique? 

Se présenter en public?

 

Savoir ce qu'on dit de moi?   Cliquez ici!