Doit-on toujours critiquer pour paraitre intelligent ?

image 2Pourquoi cette tradition -qui consiste à insister autant sur les points négatifs- est-elle si ancrée dans notre culture, dans notre pays ? Le monde entier parle des français comme d’un peuple qui a mille qualités mais qui a aussi quelques gros défauts : une tendance prégnante à l’arrogance et à la critique.

 

Rien d’étonnant à ce que ce sens aigu de la critique, qui manifestement semble nous caractériser, se retrouve souvent dans l’entreprise et notamment dans la posture managériale qui s’aligne en toute logique sur celle qu’insuffle la Direction.

 

Dire ce qui ne va pas, insister sur les failles, les carences, les manquements… Prôner les « ça ne va pas du tout », les « c’est pas terrible », les « insatisfaisants », est-ce vraiment de cette façon qu’on fait évoluer favorablement l’individu et au-delà de l’individu, l’entreprise ?

 

Rien n’est moins sûr.

 

Depuis bien longtemps, on sait pertinemment qu’il n’y a pas de meilleur moyen pour faire progresser quelqu’un que de l’encourager et l’encouragement passe souvent par une mise en avant des points positifs plutôt que de souligner exagérément les défauts.

 

Repensons à cette expérience qui avait été menée aux États-Unis, il y a plus de 30 ans, déjà, dans une école : on avait introduit dans une classe spéciale composée exclusivement d’enfants dotés d’un quotient intellectuel particulièrement élevé, autrement dit des « surdoués », deux enfants dont le QI était dans la moyenne. On les avait mélangés aux autres en leur disant qu’ils étaient surdoués et que cela justifiait pleinement leur place dans ce groupe.

Deux ans après, on faisait le constat suivant : leurs facultés s’étaient très largement décuplées, avec un quotient intellectuel dépassant parfois celui de leurs jeunes camarades ! En leur faisant croire qu’ils étaient surdoués, on en avait fait des surdoués !

 

Les adultes, comme les enfants obéissent à ce principe simple qui consiste à progresser plus vite lorsqu’on agit avec eux en leur offrant du « renforcement positif », à savoir en les félicitant sur ce qu’ils font de bien, plutôt qu’en leur assénant des critiques, quand bien même les dites critiques seraient hypocritement qualifiées « d’axes d’amélioration » !

 

Goethe le savait depuis longtemps qui revendiquait le comportement suivant « Traitez les gens comme s'ils étaient ce qu'ils pourraient être et vous les aiderez à devenir ce qu'ils sont capables d'être ».

 

Pendant plusieurs années, j’ai animé des séminaires destinés à des cadres et des dirigeants en repositionnement professionnel en m’appuyant sur une méthode canadienne (les canadiens sont particulièrement habiles et précurseurs dans leurs approches) qui consistait à être constamment dans le renforcement positif avec les participants. Il était strictement interdit de faire le moindre reproche, la moindre critique négative ! Cette méthode faisait des miracles ! Certains cadres étaient en recherche d’emploi depuis des mois voire des années, et trouvaient un emploi à la hauteur de leurs ambitions en quelques semaines ! Non, pas de magie noire. Juste leur redonner confiance, une confiance en soi qui peut vite être perdue face aux aléas de la vie professionnelle.

Et chacun le sait : plus on tombe de haut, plus on se fait mal, et plus on a du mal à remonter la pente !

 

Ce « renforcement positif » constant leur redonnait des ailes et leur permettait de redémarrer avec une énergie nouvelle, comme un véhicule dont le réservoir d’essence est quasiment vide, à la limite de la panne et qui vient de faire le plein !

Je me souviens de la formation spécifique que j’avais suivie pour être habilité à animer ce type de prestations et de la difficulté évidente rencontrée par beaucoup d’animateurs en formation qui avaient du mal à sortir de ce réflexe involontaire qui nous habite tous et toutes et nous conduit spontanément à critiquer, à dire « ce n’est pas comme ça qu’il faut faire… ». C’est véritablement une gymnastique contraignante mais ô combien efficace et réconfortante, quand, au final, on voit les autres progresser et parfois faire des pas de géants.

 

Il y a véritablement une nécessité à faire évoluer les mentalités en France (dans d’autres pays aussi, rassurez-vous !) et cela commence par les Directions d’entreprise mais également par l’ensemble de la ligne managériale. Vous voulez obtenir de meilleurs résultats ? Plus de productions ? Plus de chiffre d’affaires ? Encouragez, plutôt que de critiquer !

Cela constituera véritablement une marque de reconnaissance, moteur de toute motivation au travail.

 

Il ne s’agit pas pour autant de vivre dans un monde de « Bisounours » pour employer l’expression consacrée, mais de savoir partir plus souvent des qualités, des réussites, des bons résultats que d’appuyer systématiquement là où ça fait mal !

 

Regardez sur les forums de discussion et de partage français ! Les trois quarts d’entre eux sont truffés de commentaires négatifs. On a pour habitude de souligner ce qui ne va pas, beaucoup moins de reconnaître la qualité. Quand ça va bien, on ne le dit pas forcément ! C’est malheureusement ce que font trop souvent les managers dans l’hexagone.

 

Heureusement, même si nous sommes quelque peu emprisonnés par une façon de faire ancrée dans notre culture depuis des siècles, rien ne nous empêche de modifier individuellement nos comportements afin d’offrir aux autres ce qu’on aimerait qu’ils nous offrent !

Autrement dit, rien ne nous oblige à critiquer à tout venant pour avoir l’air « un peu plus intelligent » !

 

Ne partez pas déjà!

D'autres articles de ce blog pourraient vous intéresser... 

Cliquez ci-après sur un thème!

 

L'empathie, c'est quoi exactement?

La reconnaissance. Pourquoi en a-t-on tellement besoin?

Ne seriez-vous pas un peu cochon? ou Poule?

 

Consultez les autres articles de ce blog! 

Et n'hésitez pas à faire connaissance en retournant sur la page d'accueil!!!

Savoir ce qu'on dit de moi?   Cliquez ici!

 

 

 


06 13 07 30 98