Certes, la question ainsi posée, dénuée de tout contexte, peut sembler quelque peu singulière…

Essayez néanmoins de répondre ! On vous a marché sur le pied ? Vous avez donné un coup de marteau et le marteau a dérapé sur votre doigt ? Vous vous êtes énervé sur vos enfants ? Contre votre compagne, votre conjoint ?

 

Finalement, les moments lors desquels nos émotions s’expriment et parfois bruyamment ne manquent pas !

Qu’en est-il dans le cadre professionnel ? A part dans certains lieux (chantiers, usines…) où le bruit ambiant nous invite à hausser la voix, il est plutôt de bon ton de ne pas dépasser un certain niveau de décibels…

Certains (ou certaines) passent outre cette règle d’usage. Il arrive d’entendre des managers crier sur leurs équipes…

Que doit-on en penser ? Qu’est-ce qui peut pousser certaines personnes à sortir de leurs gonds et à puiser dans leur puissance vocale plutôt que dans leur leadership ou dans leur force de conviction ?

On va assez rapidement qualifier de « caractériel » un manager qui agit de la sorte.
Il m’arrive régulièrement de recevoir des managers concernés qui me sont le plus souvent  envoyés par leur entreprise, laquelle  aura pris soin de m’annoncer le contexte : un besoin de coaching pour un manager qui tyrannise son assistant(e), ses équipes, et qui a du mal à communiquer autrement qu’en s’énervant !

On me dit parfois qu’il ne s’en rend pas forcément compte mais, compte tenu des effets produits par son mode de fonctionnement, il va falloir agir…

Dans 9 cas sur 10, lorsque je rencontre l’intéressé, je constate vite qu’il est tout à fait conscient de ses propres agissements, mais, malgré tout, incapable de les modérer.

Je n’irai évidemment pas jusqu’à plaindre le « bourreau » davantage que ses « victimes », mais je dois bien observer régulièrement à quel point ces managers dévastateurs sont eux-mêmes démunis face à leurs propres comportements. Non seulement démunis, mais également malheureux. Ils sont les premiers à vouloir être aidés, conscients qu’ils détériorent non seulement les liens avec les personnes qui les entourent mais également toute communication interpersonnelle.

 

Autant dire qu’il s’agit pour eux de travailler sur leur façon de gérer (ou plutôt de ne pas gérer !) leurs émotions et comment prendre davantage en considération l’Autre, le respecter et être capable de faire passer ses messages, ses demandes, ses attentes d’une façon différente.

 

C’est un véritable travail de gestion des émotions qui s’impose pour aider ces personnes à modérer leurs ardeurs lorsqu’ils sentent que « la moutarde leur monte au nez ». Comme je le dis souvent, mon travail n’est pas psychologisant. Rien ne les empêche de se faire aider parallèlement pour essayer de comprendre ce qui les a conduits à devenir ainsi.

Mon travail d’accompagnement consiste à les aider à revenir à un mode de communication attendu par chacun, autrement dit, des échanges sains et normaux entre adultes.
Les enfants crient souvent. On le leur reproche assez. « Arrête de crier ! » « Parle moins fort ! »… Mais au fond, ils sont en phase d’apprentissage… Ils ne savent pas encore qu’on utilise une certaine tonalité dans les transports en commun, qu’on réserve en grandissant les cris pour « les grandes occasions » …

 

Un manager qui crie est probablement une personne qui n’a pas encore trouvé la façon légitime d’exercer son leadership, qui ne sait pas se faire écouter autrement qu’en utilisant un artifice vocal. Bref, un manager qui, au-delà de difficultés personnelles probables, a besoin d’apprendre ce qu’est l’empathie, l’assertivité et donc, plus largement, de complémenter sa formation… de manager !

 

Ne partez pas déjà!

D'autres articles de ce blog pourraient vous intéresser... 

Vous respirez? Vous en êtes sûr?

Pourquoi prendre la parole en public fait si peur?

Avez-vous besoin d'un coach ou d'un psy?

 

Consultez les autres articles de ce blog! Et n'hésitez pas à faire connaissance en retournant sur la page d'accueil!!!

Savoir ce qu'on dit de moi? Cliquez ici!